• Amateur de Foot
  • Bruits de couloirs
  • Championnat de France
  • Clubs
  • Coupe de France
  • Coupe Gambardella
  • Dom-Tom
  • Educateurs
  • Equipe de France
  • Football féminin
  • Joueurs
  • Non classé
  • Paris en ligne
  • Du rififi à Mulhouse

    Maurice Schmitt sera finalement resté moins d’un an au FC Mulhouse. Le dirigeant mulhousien avait visiblement du mal à trouver sa place au sein d’un organigramme « chargé ».

    Contesté par les supporters

    Réorganiser le club et assurer le lien entre l’exécutif et le sportif. Telle était la mission de Maurice Schmitt, arrivé à Mulhouse en avril 2009 en provenance de l’AS Illzach-Modenheim. Une mission qui s’est plus ou moins soldée par un échec. Maurice Schmitt a en effet remis sa démission au président Alain Dreyfus, qui l’a acceptée.
    Il semblerait que Maurice Schmitt n’ait jamais réussi à trouver sa place entre l’omnipotent président Dreyfus et l’entraîneur Albert Falette, qui a les pleins pouvoirs sur le plan sportif. Sans compter que les supporters mulhousiens contestaient sa présence au club, ayant même réclamé son départ lors du match contre Compiègne.

    Emmanuel Jouanillou arrive

    Bien que flou, le rôle de Maurice Schmitt au sein du club devait avoir son utilité. La preuve, Alain Dreyfus a immédiatement annoncé l’arrivée d’Emmanuel Jouanillou au sein du staff alsacien. Comme le président l’a déclaré dans les colonnes du journal L’Alsace, le nouvel arrivant « sera l’un de mes contacts avec les joueurs et aura différentes missions que nous définirons ces prochains temps. C’est un ancien joueur du FCM, il est jeune, il a beaucoup de contacts, il fera j’en suis certain du bon travail avec nous. »
    Du bon travail, ce serait par exemple le maintien de Mulhouse en CFA. Et ça n’est pas gagné, les Alsaciens occupant la 13ème place du groupe A, avec 4 points d’avance sur Epinal, premier relégable. Emmanuel Jouanillou a donc 9 matches pour faire oublier Maurice Schmitt et donner raison au président Dreyfus.

    Pour aller plus loin :

    Commentaires

    Il faudrait chercher les informations chez la personne concernée et non se contenter de reproduire sur papier des inexactitudes.Il faudrait surtout éviter les sempiternelles « annonces » irréfléchies tout autant qu’hâtives et c’est souvent après un départ que l’on s’aperçoit du vide laissé et surtout annoncer qu’Emmanuel Jouanillou s’est retiré aussi vite qu’il est venu.

    De quelles « annonces irréfléchies » et de quelles « inexactitudes » parlez-vous ?

    Comme vous le dites, nous avons simplement relayé les informations de l’Alsace. Et dire que le président est omnipotent et qu’il a peut-être été difficile de trouver sa place dans cet organigramme n’est pas une critique, c’est un fait. D’ailleurs, le président lui-même a toujours assumé son caractère bien trempé…

    Et finalement, l’essentiel pour le club est d’avoir réussi à se maintenir en CFA, cette saison, non ?

    Par annonces irréfléchies s’entend déjà l’info Jouanillou car avant d’informer la presse il convient d’écouter ou attendre l’accord de la personne concernée.Les autres annonces restées sans effet font partie du tas de coupure de presse ( voir l’Alsace).Concernant les inexactitudes et là je me suis entretenu avec Pierre Chatelus et Marc Wilb sans toutefois vouloir polémiquer puisque au moment de la déclaration nos résultats étaient moyens,je n’étais pas le seul contesté par les supporters puisque  » Dirigeants démission » s’adressait aussi à mes collègues.Autre inexactitude je n’avais aucun problème avec les joueurs et les nombreux messages de sympathie me l’ont prouvé.Lire que je ne n’ai pas trouvé ma place entre A.Falette et le président est exact mais…c’est moi qui n’a pas accepté après la débacle contre Amnéville d’endosser la responsabilité de directeur sportif.Je me suis rendu seul dans le vestiaire le lundi matin en précisant que pour moi Albert restait le patron du Sportif contrairement au souhait du président.L’essentiel n’est pas le maintien surtout lorsque l’objectif était et est de « Rejoindre l’élite » par contre c’est un moindre mal.J’espère que vous avez lu l’excellent article de Marc Wilb qui a paru hier lundi dans l’Alsace…..on se rapproche toujours plus de la vérité du terrain.

    Finalement, nous sommes donc plutôt d’accord sur l’ensemble…
    si ce n’est que nous n’avons jamais dit que vous aviez des problèmes avec les joueurs, si je ne m’abuse…

    Sans compter que si vous aviez vraiment fait du « mauvais travail », je pense que vous auriez été remercié avant d’avoir eu le temps de remettre votre démission…

    juste quelques dernières lignes, ce n’est finalement qu’après trois « avertissements » ou « signaux » de retrait en plus d’un entretien de plus d’une heure, avec mon président et toujours ami, fin janvier qui n’a eu comme effet positif malheureusement que sur une durée de trois semaines puis les travers sont revenus.J’ai cru « avoir » assez de persuasion mais la sagesse m’a fait renoncer comme un certain monsieur ABT une année avant ma venue.On ne s’impose pas « président » d’un club si on ne sait pas gérer les hommes.Veuillez accepter que je tourne momentanément la page FC Mulhouse tout en restant depuis 17 ans le président des Anciens de ce club.Amitiés sportives.

    En tout cas, merci de votre réaction et bonne continuation à vous…

    Laisser un commentaire

    (requis)

    (requis)